Line Hogsark
Carnet de bord
Journal

La liste des cinq choses assurément capitales que je n’ai pas partagées avec vous ces derniers temps.

Paris, le 20 novembre 2014

Line Hogsark_Photos_2014_Journal_018

J’ignore encore l’heure à laquelle je vais officiellement poster cet article (c’est que, habituellement, la chose me prend environ quatre ou cinq heures si je ne suis pas interrompue par un coup de téléphone de ma meilleure amie, Facebook, Pinterest, l’envie soudaine et irrépressible de descendre m’acheter un potage pékinois ou par les épisodes de Friends qui défilent en fond dans mon salon et qui finissent un peu trop souvent par happer toute mon attention), mais sachez qu’au moment où je tape ces mots sur la super application TextEdit de mon ordinateur (j’abhorre rédiger directement sur WordPress, sachez-le), il est dix heures du matin, je suis emmitouflée sous un plaid sur mon canapé et, alors que je sirote tranquillement mon café encore brûlant, j’ai une pensée pour tous ceux qui viennent d’arriver au bureau et de braver le froid arctique qui vient d’élire domicile dans notre très chère capitale (et dans ma véranda aussi accessoirement, preuve irréfutable que l’intérêt porté au réchauffement climatique semble quelque peu démesuré par rapport au peu qu’il réchauffe justement – ceci est évidemment une réflexion dénuée de tout bon sens et émise de façon parfaitement puérile et assumée par une fille fraichement régularisée par EDF qui a par conséquent décidé de braver l’hiver sans chauffage).

Bref, pour illustrer cet article et dans le but on ne peut plus altruiste de partager avec vous son incroyable recette, je viens tout juste de prendre en photo mon fameux café (notons que pour le boire brûlant comme susmentionné, j’ai bien évidemment du coup été obligée de le réchauffer au micro-ondes par la suite, ce qui constitue en soi un blasphème, entendons-nous là-dessus). Alors ce n’est pas compliqué, je pense pouvoir affirmer que ceci est très clairement à la porté de n’importe qui (y compris de BIC et ses pâtes crues), il suffit tout simplement de remplir un grand verre avec un tiers de lait bien chaud, d’y ajouter quelques carrés de chocolat noir fondu, un peu de cannelle, du sucre et, enfin, une capsule d’espresso allongé. Je bois ça chaque matin et j’y trempe du surcroît mes cookies à la nougatine histoire d’alimenter encore légèrement, pour ne pas dire abondamment, le tissu adipeux de mon postérieur.

Tout cela étant dit (je pense que je viens de battre mon record en terme d’introduction à rallonge), il est temps d’attaquer cet article et donc de vous narrer les quelques choses assurément capitales que je n’ai pas partagées avec vous ces derniers temps parce que, comme précédemment souligné plus haut, je suis sans conteste, techniquement parlant, à en juger par mon indubitable manque d’assiduité, la pire des blogueuses qui soit.

1. J’ai fait plein de photos pour des articles mode (oui, vous avez bien lu). J’ai pris note de tous vos commentaires (parce que contrairement à ce que pourrait dire mon père lorsque nous sommes à table et que, au loin, passe sur le quarante-deux pouces familial la publicité avec Robert Pattinson à l’époque où il avait encore une coupe de cheveux correcte (et pas ceci), généralement, j’écoute quand on me parle), du coup, j’ai décidé de suivre vos conseils et de poster dans cette catégorie sans me prendre la tête. J’ai un peu de mal avec l’idée de poster trois ou quatre photos de moi à la suite (ou même de poster une photo de moi tout court d’ailleurs), j’ai toujours l’impression que c’est très égocentrique. Ça ne me gêne pas chez les autres (enfin chez certaines blogueuses que je ne citerai pas qui sont à mon humble avis légèrement rentrées dans un délire ego trip un peu trop prononcé à mon goût, si, je l’admets), je sais que c’est le jeu et j’aime par exemple beaucoup les blogs de Lisa Gachet, Coline et Éléonore Bridge qui font cela très bien. J’essaie donc de trouver le juste milieu, de ne pas en faire ni trop ni pas assez, de faire les choses de la bonne façon et, surtout, de façon naturelle. Si vous avez à nouveau des conseils ou des suggestions, surtout n’hésitez pas.

2. J’ai lavé mon tapis (le grand tapis de mon salon), et c’est de loin la chose la plus importante, la plus colossale, la plus éléphantesque je dirais même, que j’ai faite depuis des années (j’allais dire de ma vie mais n’éxagérons rien, j’ai quand même partagé un Big Mac une fois). Moi, j’aime mon tapis. Mais quand je dis que j’aime mon tapis, c’est genre je l’aime comme mon fils. Genre je pourrais l’embrasser et le serrer dans mes bras le soir avant d’aller dormir, lui raconter des histoires et veiller de temps en temps sur lui la nuit pour vérifier qu’il va bien. Sauf que ces derniers temps, mon tapis, je l’aimais un peu moins parce qu’il avait des tâches partout et que le beige virait au gris (ceci ne fait assurément pas de moi une mère indigne, je suis persuadée que la mère de Michael Jackson, elle aussi, quand son fils a viré gris, elle l’a un peu moins aimé). Je n’en pouvais plus, chaque matin, au réveil, il était là, à mes pieds (littéralement), me suppliant de faire quelque chose pour lui. Alors un soir, à vingt-deux heures, j’ai craqué. Sur un coup de tête, je l’ai pris, j’ai fait couler un bain, j’y ai vidé ma lessive, je l’ai mis à tremper pendant plus d’une heure (l’eau, c’est devenu de la vase), j’ai vidé la baignoire, j’ai pris une grosse brosse, j’ai frotté partout, je l’ai rincé, je l’ai refait tremper deux fois jusqu’à ce que l’eau reste claire (l’écologie en a pris un coup ce soir-là, je le confesse), je l’ai étendu sur mon balcon et, au bout de deux jours, il était sec, propre, comme neuf et il sentait bon. D’ailleurs, il dégage toujours l’odeur de la lessive dans la maison.

3. Le 26 octobre, c’était mon anniversaire. Je n’aime pas particulièrement les grandes fêtes mais j’aime être avec tous les gens que j’aime. L’année dernière, j’avais loué un gîte en Normandie pour réunir tous mes amis et mes cousins et je crois que ces deux jours restent l’un de mes plus beaux souvenirs. Pas parce que c’était mon anniversaire mais parce que c’est finalement assez rare d’avoir réellement tous les gens qu’on aime réunis au même endroit au même moment. Cette année c’était un peu plus compliqué, certains sont partis vivre à l’étranger, d’autres étaient en vacances et on s’est finalement retrouvés une petite douzaine à la maison pour que je puisse souffler mes bougies à minuit. La veille, les filles avaient même organisé une soirée crêpes pour que l’on fête mon anniversaire juste toutes les quatre dans un premier temps et, surtout, un brunch surprise le lendemain matin (que vous avez pu voir sur Instagram si vous me suivez) où elles avaient absolument tout préparé elles-mêmes : les minis-crêpes, les oeufs à la coque, les pains grillés avec du jambon et du beurre salé, les oeufs brouillés, le jus d’orange pressé, les smoothies aux griottes, le chocolat chaud fait maison, les panacottas au coulis de fruits rouges et j’en passe. Pour couronner le tout, le soir, j’ai eu mes cadeaux et, en plus d’une sublime paire de boucles d’oreilles, de fringues, d’un massage et d’un oreiller de bain Nature et Découvertes (il n’y a pas que mon tapis qui saccage l’écologie, les bains c’est ma passion, mais je fais le tri sélectif des déchets ménagers, j’ai véritablement quatre poubelles à la maison et je ramasse les papiers des autres dans la rue pour compenser), on m’a offert mon premier vinyle (un vinyle d’Elvis Presley, le grand amour de ma vie avant qu’il ne devienne obèse et ne décède sur ses toilettes) et, surtout, ma toute première platine. Quand je l’aurai reçue (il faut savoir en fait que pour des raisons techniques je ne l’ai toujours pas) et que j’aurai acheté à peu près deux mille six cent quatre-vingt-dix-sept autre vinyles, vous aurez droit à des photos, c’est promis.

4. J’ai eu envie de nouveauté pour notre appartement. J’adore avoir de nouveaux projets d’amménagement et de nouvelles idées pour la déco. J’ai tellement aimé la période où l’on venait d’emménager, où tout était encore à faire et où je courais toute la journée entre toutes les petites boutiques de mon quartier, Leroy Merlin et IKEA pour finalement passer toute ma soirée à bricoler et amménager mon nouveau chez-moi (pour ceux qui viennent d’arriver, j’en parle ici). Du coup, j’ai commencé par refaire un peu l’espace de ma chambre et la cuisine. J’aimerais aussi changer les luminaires du salon, acheter de nouveaux coussins pour le canapé, mettre de nouvelles illustrations dans les cadres, acheter un nouveau petit meuble pour ma future platine (c’est exactement celle-ci que ma soeur m’a prise (vous pouvez la trouver chez Urban Outfitters) et, très concrètement, dans la mesure du possible, j’aimerais le même meuble) et pourquoi pas repeindre un peu. Quoi qu’il en soit, je partagerai tout cela avec vous, j’ai même déjà préparé l’article concernant l’amménagement de ma chambre, pris toutes les photos et retrouvé les produits en ligne pour vous les mettre en lien. Ce sera mardi sur le blog.

5. Je passe deux heures de mes journées à dessiner un tatouage que je ne me ferai probablement jamais puisqu’étant donné la vitesse à laquelle je me lasse des illustrations sur mes murs je me dis qu’en graver une à vie sur ma peau ce serait probablement la plus grosse erreur de ma vie (mèches rouges à quinze ans comprises), j’ai perdu deux kilos en mangeant plus que d’habitude donc je me suis dit que les miracles existaient peut-être, mon décodeur pour la TV d’Orange m’a lâché en plein épisode de Koh Lanta, mon iPhone 5 a fait la grève de la vie alors j’ai acheté le 6 et juste après EDF a prélevé un million d’euros sur mon compte donc je me suis vaguement dit qu’en fait, les miracles, c’était de la merde, et je suis tombée amoureuse du président des États-Unis dans Scandal (mais genre vraiment amoureuse, genre quand il parle à Olivia, j’ai le coeur qui bat et tout).

#NowPlaying Lately, Charlie Winston.
Le 20 novembre 2014
Les mots
Pour aller plus vite tout en bas
  1. Manon, le 20 novembre 2014.

    Bébé président des États-Unis. Bébé Fitz. Bébé Grant. Bébé Fitz Grant. Bébé Olivia. Je pense que tu devrais leur consacrer un article à eux tous seuls : « Pourquoi Fitzgerald Grant est l’homme que nous rêverions toutes d’épouser/l’homme que nous aimerions toutes voir tomber amoureux de nous (au choix) et pourquoi son histoire avec Olivia Pope est de loin celle qui m’a fait le plus vibrer ces dernières années ».

    Voilà, à bon entendeur…

  2. claire, le 21 novembre 2014.

    Qu’est ce que j’aime ton écriture !
    Voilà, rien à rajouter. Bisous. (genre on est intimes la magie de l’internet tout ça)

  3. Mamzette, le 22 novembre 2014.

    Puisque mieux vaut tard que jamais, bon anniversaire, félicitations à ton tapis senteur lessive, bienvenue à ton blog sur iphone, fuck EDF et vive Ikea. Ceci étant dit, tu pourrais développer ton histoire de régime hyper-calorique? A moins que ça ait à voir avec les pâtes crues, auquel cas je préfère apprendre à vénérer mon propre volume croupier.

  4. Iva, le 1 décembre 2014.

    NOOOOON ! Pas Fitz ! Pitiéééééé ! Même si j’avoue qu’avoir une « affair » avec le chef d’Etat le plus puissant de la planète et se retrouver pour forniquer dans les couloirs secrets de la maison blanche ca vend du rêve, j’ai un fort penchant pour les Bad guy du B63, du coup, navrée mais #teamjack ahah en espérant que je n’aurais rien spoilé :O Bref, merci pour cet article et bon anniversaire, gladiatrice en costard va ;-)

    Bisous

    Iva

  5. Line Hogsark, le 1 décembre 2014.

    Pour ma défense, quand j’ai écrit cet article, Jake n’était pas encore arrivé. Donc oui, #TeamJake ahah.

  6. tinylizzie, le 5 janvier 2015.

    Je viens tout juste de voir cet article (comment est-il passé au travers de mes filets, je vous le demande !) et je me dis, là de suite, que je vous aime mes nièces. Putain mais personne ne m’a suivi sur Scandal… Je me sentais seule et rejetée comme une barquette de Lu abandonnée dans son paquet… Alors oui, vous me faites grave plaisir !

    Moi aussi je suis tombée amoureuse de Fitz. Mais aussi d’Olivia. Alors je me dis que s’ils m’invitaient dans une partie à 3, je ne dirais pas non.