Line Hogsark
Carnet de bord
Journal

Allez, encore des voeux (youpi).

Paris, le 5 janvier 2015

Line Hogsark_Blog_Montages Photos_Texte_001

Ne nous mentons pas, je ne suis absolument pas inspirée pour vous souhaiter une bonne année, du bonheur, de la joie, de l’amour, une santé implacable et une réussite dans tous les domaines. Je déteste, je hais, j’abhorre ces formalités et, répondre aux messages de voeux, c’est pour moi la pire des corvées. Vraiment. Selon mon humble opinion, c’est le genre de moeurs que l’on devrait abolir, prohiber, et potentiellement sanctionner de façon on ne peut plus radicale par la réhabilitation de la peine de mort (et pour Noyeux Joël, je propose la guillotine). Non pas que je n’aime pas souhaiter de merveilleuses choses aux gens que j’aime (bien au contraire, je leur dis que je les aime absolument tous les jours et je n’ai pas besoin d’un événement en particulier pour leur rappeler à quel point ils méritent le meilleur), mais au bout du vingt-huitième copier/coller reçu (Bonne année !!! On te souhaite le meilleur pour 2015 ! Bises de nous tous !) et du vingt-huitième copier/coller envoyé (Bonne année à vous aussi ! Gros bisous !), j’ai juste envie de mettre mon téléphone en mode avion jusqu’au mois prochain ou alors de m’exiler en Chine pour quelques semaines et de revenir la veille de leur nouvel an à eux, tout de même, afin d’éviter la même chose en chinois (oui parce que là-bas le nouvel an c’est plus tard, genre en février). Par contre, les cartes de voeux, j’aime bien, je peux les exposer chez moi quand elles sont jolies, c’est-à-dire quand elles n’ont pas été achetées devant les caisses d’un Carrefour Market.

Pour être tout à fait honnête, ce que je n’aime pas, c’est le côté banalisé, presque galvaudé de la chose. Moi ce que j’aimerais vous souhaiter, c’est d’être heureux. Mais vraiment heureux. De savoir ce que vous voulez, ce que vous attendez de la vie, de sérieusement y refléchir et de prendre le risque d’agir en conséquence. De prendre le temps, pour vous, pour les autres, pour faire ce que vous aimez et le partager, de faire attention à tout ce qui vous entoure, d’accorder plus d’importance aux choses qui peuvent parfois vous paraître futiles mais qui représentent finalement beaucoup, de rire d’un rien et de vous émerveiller pour des conneries. C’est votre façon de penser, votre attitude et votre perception qui peuvent complètement changer le cours d’une journée et faire d’une routine on ne peut plus banale un quotidien vraiment super.

J’adore ma vie. Parfois je galère encore un peu pour payer mon loyer, à la fin du mois je mange peut-être des pâtes quatre fois par semaine et souvent je sais que l’on me juge par rapport aux choix que j’ai faits, mais je m’en contrefous. Pourquoi tu n’as pas fait Science Po ? Pourquoi tu n’as pas fait une école de journalisme ? Pourquoi tu as arrêté tes études ? Pourquoi tu as refusé ce super CDI à trente-deux mille euros ? Autant de questions auxquelles je ne prends même plus la peine de répondre tellement je me suis épuisée à me justifier ces dernières années. Avant, c’était facile. À la question Tu fais quoi dans la vie ? je pouvais simplement répondre Je suis dans la com, je travaille chez HSBC. Je pouvais même me la péter un peu si je voulais et dire que c’était mon projet qui avait été retenu pour la campagne de voeux d’HSBC France et que j’allais aussi m’occuper des vitrines des Champs-Élysées. Les gens étaient contents, ils étaient impressionnés. Moi pas. Je ne me suis jamais épanouie là-dedans et me tuer au travail pour rentrer chez moi tard le soir me rendait malheureuse au plus haut point. Et puis, quand on est stressé par son boulot, quand on a la tête dedans vingt-quatre heures sur vingt-quatre, on passe à côté de tout le reste. Alors j’ai tout plaqué, je me suis mise au chômage, je suis retournée vivre chez mes parents (oui parce que je venais aussi de rompre avec mon mec à ce moment-là, c’était un peu ma période Bridget Jones), et j’ai décidé que ma vie allait changer, que je voulais avoir du temps, faire les choses pour moi et m’occuper des projets qui me tenaient à coeur que je repoussais toujours au lendemain parce que Oh, ça, je le ferai un jour.

Aujourd’hui, petit à petit, les choses avancent et tout doucement je me dirige vers la vie que j’ai toujours voulu mener. Je bosserai probablement encore de temps en temps jusque tard le soir, mais ce sera pour mes projets, ma freelance, pour la petite entreprise que j’aurai monté avec ma soeur et ma meilleure amie et je vivrai selon mes propres conditions. J’ai la certitude que l’on peut toujours y arriver si l’on s’en donne les moyens. Je me bats pour absolument tout et je dépense une énergie folle dans chaque petite chose que j’entreprends et ça ne m’épuise jamais, ça me donne au contraire toujours la force de continuer. Tant pis si pour l’instant je mange des pâtes et si certains me prennent de haut parce que ma situation professionnelle n’est pas encore très stable, je sais que je construis peu à peu une vie qui me correspond et dont je serai fière. Cette conviction fait aujourd’hui de moi la fille la plus heureuse du monde je crois (sortez les violons, c’était l’article émotion – oui je fais des vers).

Alors voilà ce que je vous souhaite pour cette nouvelle année et toutes celles qui suivront : d’être heureux, de croire en vous, en vos rêves, de vous donner les moyens d’y arriver, d’avoir la vie que vous aurez décidé de mener et d’en kiffer chaque seconde.

Oh, et de prendre le temps.

Post Scriptum : La photo ci-dessus, ce sont des cadres qu’il y a dans notre salon. Je me suis dit qu’ils illustraient plutôt bien cet article (en espérant que vous ayez une bonne vue).

#NowPlaying Train In Vain, The Clash.
Le 5 janvier 2015
Les mots
Pour aller plus vite tout en bas
  1. Almonds and nuts, le 6 janvier 2015.

    Tu es courageuse… j’ai été triste pour toi à la lecture de ton dernier billet, et j’espère que 2015 chassera tes chagrins!

    Pour tout un tas de raisons, travailler comme une brute est mauvais. Ca finit inévitablement dans un voire dans plusieurs murs. Il faut savoir se préserver et toi, tu as fait ce choix. Maintenant tu suis le cours de tes projets, je t’admire! Ceux qui jugent ne sont pas heureux non plus… brasser du mauvais, ne serait-ce que de mauvaises opinions sur autrui, ça ne leur fait pas du bien.

    Merci pour tes vœux et pour cet article moins acerbe que d’habitude… prends soin de toi!

  2. Bibou, le 6 janvier 2015.

    Tu parles à mon âme. Je t’aime.

  3. jade, le 6 janvier 2015.

    Tu m’as émue, saleté. ♥

  4. Nat, le 6 janvier 2015.

    C’est vrai, pas besoin d’une occasion spéciale pour dire à nos proches qu’on les aime et pour leur souhaiter tout le bonheur du monde. Chaque jour est une occasion de leur dire !
    Et quoi de mieux de choisir un mode de vie dont on a le contrôle, et qui ne nous stresse pas… tu as bien fait de choisir le bonheur plutôt que l’argent :) Bref, cet article me touche, je me reconnais dans certaines lignes.

    Bonne soirée Céline ! Bisous
    Nathalie

  5. Inès, le 6 janvier 2015.

    Moi aussi le rituel du fameux « Bonne année » me gonfle au plus au point, limite cela ne veut plus rien dire.
    Je suis en pleine période d’orientation, à 2 semaines de l’ouverture d’ABP, et ton article m’a permis de me conforter dans mes choix, alors merci. Depuis la rentrée je n’arrête pas de peser le pour et le contre entre le choix le plus « raisonnable » (faire une prépa pour intégrer Science Po) et le choix par « passion » (faire une MANAA pour entrer dans une école d’art). J’ai longtemps penché pour le premier choix, parce que beaucoup de personnes me disaient que j’en avais les capacités, que sinon ça serait du gâchis, que c’était mieux. Mais finalement j’ai pris le choix « du coeur », et j’ai décidé de faire abstraction de certains avis. Lorsque je lis ton article, je ne peux m’empêcher de me dire que j’ai bien fait et qu’après tout c’est ma vie, et que c’est donc à moi de décider quoi en faire, comme toi en fait.

    Bon j’ai clairement raconté mon existence pas très intéressante de lycéenne dans un trou paumé, sous ton (super) article (comme d’habitude) qui n’a à priori rien à voir. Mais je crois que j’avais envie de déblatérer sur ce sujet avec des personnes qui ne me connaissent pas.
    Enfin bref, merci et belle année à toi (tout de même), en 2015 faisons ce qui nous plait !
    (je tiens à préciser que ce commentaire est beaucoup plus sérieux que je ne le suis réellement, c’est fortement troublant).

    Bises
    Inès

    http://unsapindansmonplac-art.blogspot.fr

  6. K.T., le 6 janvier 2015.

    Je te souhaite une très belle année. Je t’aime.

  7. Tinylizzie, le 7 janvier 2015.

    Fuck les vœux. Aimer, c’est une affaire de tous les jours, pas seulement de début d’année.
    Fais ce que moi, je n’ai pas eu le courage de faire…
    Je t’aime et je suis très fière de toi.

  8. Booboo, le 7 janvier 2015.

    Bravo pour cet article! Tu as écris tout ce que je pense tout bas: sur les voeux, le boulot, science po etc. Je te souhaite sincèrement la réussite dans tous tes projets et je n’en doute pas car tu sembles, étant donné ta plume et les quelques créations que j’ai pu apercevoir sur ton blog, bourrée de talent! Bravo donc pour cet article et ton courage de t’être lancée. Je suis admirative…et un peu jalouse ;p

  9. Le panama de paloma, le 7 janvier 2015.

    Bonsoir,

    D’un côté j’étais émue, d’un autre j’étais ravie.
    Émue parce que j’aime que tu veuilles le meilleur de la vie, que tu en veuilles encore et encore le bonheur, la joie, la beauté. Et ça c’est juste merveilleux et je trouve qu’il faut avoir envie de le souhaiter à ceux qu’on aime vraiment… Du fond du coeur.

    Ravie parce que je suis encore étudiante moi madame. Alors les pâtes c’est un peu ma vie quoi. Sauf que là c’est des pâtes sans gluten et du coup c’est moins drôle. Bref, que la vie t’apporte beaucoup de pâtes mais des nouilles de bonheur. J’arrête donc avec cette très belle métaphore filée de l’histoire de ma vie (et là c’est le roi lion qui passe dans ma tête).

    Bref, toujours un plaisir de te lire et j’avais jamais osée mettre un commentaire mais comme la vie d’un blog c’est les commentaires.

    Kissous et surtout très bonne continuation à toi :)

  10. Paloma de Panama, le 8 janvier 2015.

    Juste pour te prévenir que je viens de te nominer pour un Liebster Award ! Et oui, tu fais partie de mes préférées :) J’espère que tu pourras prendre un petit moment pour répondre à mes questions (qui sont sur mon blog).

    À très très vite !!

    http://palomapanama.blogspot.fr/